Les risques associés à un niveau de stress élevé

Les risques associés à un niveau de stress élevé

 

 

Par : Caroline Quarré, intervenante psychosociale (B.Sc.)
Date : 17 juillet 2020

 

 

« Le cerveau de l’enfant a besoin de conditions de vie adéquates pour se développer petit à petit. Or, un état de stress ou d’anxiété maximal peut bloquer durant deux ou trois jours la création de nouveaux contacts entre les neurones. Et si la situation est chronique, le cerveau ne peut pas — dans ces conditions — se développer de manière optimale, car toutes les ressources neurologiques sont canalisées pour assurer une survie, et ce, au détriment du vivre ensemble. » (Monzée, 2019, extrait de la préface du livre « L’enfant stressé »)

Plusieurs personnes tendent à vouloir bannir le stress de leur vie, croyant que celui-ci n’est que négatif, souffrant et problématique. En trop grande quantité, le stress peut effectivement affecter notre santé physique et mentale … mais il n’est pas une maladie pour autant!

 

Le stress, c’est quoi?

Par définition, le stress est la réaction du corps en situation de menace. Il est une fonction physiologique nécessaire qui permet de s’adapter à son environnement.
Devant un danger réel et immédiat, alors que nous éprouvons de la peur, nous sécrétons des hormones de stress. L’organisme s’active alors de façon à assurer notre survie : l’attaque ou la fuite, ou encore l’immobilisation.
Imaginez que vous vous promenez dans la forêt durant une activité familiale. Vous apercevez, à quelques mètres de vous, un mignon petit ourson. Vous n’avez pas à être un expert de la faune pour savoir que la mère n’est pas bien loin et que cette situation peut devenir dangereuse rapidement. Vous n’aurez certainement pas besoin de faire vos étirements ni votre échauffement habituel pour prendre vos jambes à votre cou tout en transportant vos enfants dans vos bras. Vous vous découvrirez même peut-être de vrais talents de coureurs! Ce n’est pas parce que vous êtes un athlète, mais bien parce que la boucle de stress enclenchée dans votre cerveau aura permis d’activer l’ensemble de votre organisme en une fraction de seconde, tout en mobilisant l’énergie nécessaire pour fuir la menace.

 

L’anxiété, c’est quoi?

Lorsque nous appréhendons un danger, nous parlons alors d’anxiété. Les mêmes hormones de stress sont sécrétées et l’organisme s’active de la même façon. Le corps se prépare à affronter le danger … danger qui dans les faits ne se présentera probablement jamais.
Le cerveau ne fait pas la distinction entre le danger réel et imaginé, malheureusement. D’ailleurs, il ne distingue pas non plus l’ours dans la forêt qui veut votre peau de votre patron qui est constamment sur votre dos.
Danger pour danger, la boucle de stress s’active. Les réactions vécues dans la forêt seront alors tout à fait adaptées (attaque, fuite ou immobilisation), mais le seront bien moins au travail. Mais, ça, le cerveau ne le sait pas!

 

Le cerveau prend 40 à 45 ans à atteindre sa pleine maturité

En vieillissant, le cerveau mature et permet de canaliser la réponse de stress.
Le cerveau prendra 40 à 45 ans à atteindre sa pleine maturité.
Un environnement sécurisant et apaisant et des personnes significatives et bienveillantes nous permettront au fil du temps d’apprendre à gérer notre stress et à tempérer nos comportements et réactions. L’indulgence est donc de mise auprès des enfants, adolescents et jeunes adultes qui doivent surmonter les défis de la vie avec un cerveau immature.

 

Les risques associés à un niveau de stress élevé

Tel que mentionné, le stress n’est pas une maladie. Or, en trop grande quantité, il est dommageable tant pour notre santé physique que notre santé mentale.
En trop grande quantité, le stress peut entraîner toutes sortes de symptômes physiques, psychologiques et comportementaux : maux de ventre, hypervigilance, fatigue, difficultés d’attention et de concentration, impulsivité, pertes de mémoire, surestimation du danger, changement d’humeur, opposition, confrontation, évitement, procrastination, etc.
Le stress chronique peut également :
  • affaiblir le système immunitaire
  • augmenter les risques d’obésité, de problèmes cardiovasculaires et de diabète
  • entraîner des troubles digestifs (ulcères, maux de ventre, constipation, etc.)
  • développer ou intensifier des problèmes de peau (psoriasis, urticaire, acné, eczéma) ;
  • entraîner des troubles gynécologiques (dérèglement du cycle menstruel, retard ou absence de règles, stérilité réversible)
  • développer des troubles du sommeil
  • etc.
Plusieurs activités peuvent participer directement à diminuer votre niveau de stress : parler avec un proche, faire de l’activité physique, méditer, faire une activité de plein air/en nature, prendre un bain chaud, écouter de la musique, flatter son animal de compagnie, faire preuve d’altruisme, etc.

Ces articles et vidéos pourraient vous intéresser :

 

 Pour plus de trucs et conseils afin d’accompagner vos enfants, je vous invite à consulter mon livre « L’enfant stressé : soutenir tous ensemble l’enfant de 5 à 12 ans à l’école comme à la maison ».

 

Administrator